If you worked in any of these countries, you could be due a Tax Refund

Le Fruit Picking

Que vous soyez déjà en Australie ou que vous comptiez vous y rendre, vous avez forcément déjà entendu parler du fruit picking. Si vous y êtes en ce moment, alors la fête et les feux d'artifices sont finis et on retourne au boulot !

1. Le fruit picking : qu'est-ce que c'est ?

Nous pourrions traduire cela en français par le terme cueillette ou récolte. Vous l'aurez compris il s'agit là de travail agricole mais pas seulement. Pourquoi entend-t-on autant parler du fruit picking dès que l'on évoque l'Australie ? Simplement parce qu'il est souvent question du Working Holiday Visa (WHV) et que le fruit picking y est directement lié.

En effet, avec le WHV vous serez autorisé à travailler et à voyager durant une période d'un an. Même si aujourd'hui la réalité a un peu changé en comparaison à quelques années en arrière, ce pays manque réellement de main d'œuvre dans certains secteurs d'activité. Le gouvernement australien a donc décidé d'offrir la possibilité à toute personne ayant le visa WHV de le renouveler pour une seconde année à condition d'effectuer un certain type de travail pendant une certaine durée et dans des zones spécifiques.

 

2. Le fruit picking : comment ça marche ?

Le fruit picking (également regional work), même si ce terme est un peu restrictif englobe pourtant d'autres emplois que celui de picker, tels que les emplois dans domaine de la construction, de l'agriculture, de l'élevage, du déboisement, de la pêche, de la récolte des perles et des mines.

Notez cependant qu'il vous sera quasiment impossible de trouver du travail dans les mines, car même si cela était possible à l'origine pour les détenteurs de visa Working Holiday, cela n'est plus le cas. Notez également que le travail effectué doit être lié à ces domaines et que le simple fait de travailler dans des zones ou endroits liés à ces secteurs d'activité ne suffit pas. Par exemple, si vous travailler dans une exploitation agricole en tant de nanny pour garder les enfants des fermiers, cela ne sera pas pris en compte.

Le travail devra donc être lié à certains secteurs d'activité bien précis mais aussi être effectué dans certaines zones spécifiques et pour une durée minimum de 88 jours cumulés ou non. Le travail consiste généralement en la cueillette ou la récolte des fruits et des légumes, mais cela peut aussi consister au tri et au stockage par exemple, mais également à l'entretien des lieux (nettoyage, peinture, etc.), des animaux (nourrissage, brossage, etc.), et autres tâches inhérentes à ce type d'activité professionnelle.

Vous devrez travailler durant une période de 3 mois consécutifs ou cumuler des périodes de travail. Dans ce cas, uniquement les jours travaillés seront comptabilisés et leur total devra être de 88 au minimum.
La durée hebdomadaire de travail devant être effectuée est généralement de 35 heures à 40 heures (ce qui correspond à un full time) et le nombre d'heures travaillées pour qu'une journée puisse être comptabilisé est donc compris entre 7 heures et 8 heures.

Il est possible de cumuler plusieurs périodes de travail chez différents employeurs. Vous devrez simplement vous assurer de bien faire remplir le formulaire officiel 1263 qui devra faire partie de votre dossier avant de soumettre votre demande de second visa WHV et qui est disponible en cliquant sur le lien suivant : http://www.immi.gov.au/allforms/pdf/1263.pdf

Ce formulaire liste également les différents types d'emplois qu'il est possible d'effectuer ainsi que les zones géographiques éligibles pour la demande de second WHV. Assurez-vous de faire remplir ce document avant de quitter chacun de vos emplois et imprimez-le en avance afin de l'avoir sur vous bien sûr. Gardez également toutes vos final payslip et vos PAYG, tout d'abord car ils vous seront utiles pour récupérer vos taxes et ensuite parce qu'ils pourraient également vous êtres utiles en cas de contrôle de votre dossier.

Pensez également à prendre des photos des lieux et de noter les noms de vos employeurs ainsi que les dates correspondant à vos périodes d'embauche. Un très grand nombre de dossiers de demande de second visa sont contrôlés par les services de l'immigration et il est important de garder tout ce qui pourrait justifier que vous avez effectivement effectué vos 88 jours de regional work. Cela inclus, les documents de paie, les photos, vos relevés bancaires faisant apparaître les retraits effectués, les emails échangés avec les fermiers, etc.

L'alternative

Une autre option qui s'offre également à vous pour obtenir vos 88 jours est le travailler bénévolement en échange du gîte et du couvert. Pour certains c'est un premier choix quand d'autres se rabattent sur cette possibilité dans le cas où ils rencontreraient des difficultés pour trouver du travail rémunéré et le plus souvent quand leur premier visa working holiday touche à sa fin et qu'ils risquent de manquer de temps pour obtenir le précieux sésame, autrement dit les fameux 88 jours.

Le principe est de travailler dans une exploitation agricole ou une ferme la plupart du temps, en échangpayge des repas et d'une chambre. C'est généralement une expérience à part qui permet généralement de vivre au sein d'une famille australienne et de partager leur quotidien. Les personnes l'ayant testé apprécient généralement le contact avec les gens et le côté authentique de cette expérience. Le but n'étant évidemment pas de « faire de l'argent » mais plutôt de vivre quelque chose de différent et d'unique.

Comme pour les gens travaillant contre rémunération, la durée de travail hebdomadaire moyenne est de 35 heures à 40 heures, mais il arrive dans le cas du bénévolat que 4 heures à 6 heures de travail journalier suffisent. C'est l'exploitant, le plus souvent le fermier, qui décide du total du nombre d'heures de travail équivalent à un full time en accord avec la spécificité du secteur d'activité.

Le wwoofing

Cette expression vient de World-Wide Opportunities on Organic Farms, le site web officiel est wwoof.com.au et c'est la référence en matière de fruit picking. Cette organisation a été créée en en Angleterre en 1972 (1981 pour l'Australie) et est présente dans le monde entier. Le principe consiste à proposer une liste de fermes certifiées biologiques ou utilisant des pratiques biologiques, proposant à des travailleurs volontaires de travailler quelques heures par jour en échange du gîte et du couvert.

Le service est payant et vous recevrez un guide papier recensant toutes les fermes participantes. Celles-ci sont systématiquement vérifiées et doivent répondre à certains critères pour pouvoir figurer dans la liste. Un suivi est également assuré et vous avez la possibilité de signaler le moindre problème que vous pourriez rencontrer durant votre bénévolat.

Le helpx

Cette expression vient de Help Exchange et c'est un réseau qui a été créé en Angleterre en 2001 et qui est une alternative au réseau wwoof. Leur site web helpx.net référence non seulement des fermes qu'elles soient biologiques ou non mais également des ranchs, des B&B (bed & breakfast), des auberges de jeunessse, des maisons d'hôtes et des lodges.

Le service est également payant et le principe consiste à proposer une liste de personnes gérant ce type de structures ou d'établissements et proposant à des volontaires de travailler quelques heures par jour en échange du gîte et du couvert.

Que vous travailliez contre rémunération ou en échange du gîte et du couvert, les conditions requises sont les mêmes pour se voir accorder un second WHV. Vous devrez faire remplir le formulaire 1263 et également vous assurer que le type de travail effectué et la zone géographiques figurent bien dans la liste figurant dans ce dernier. Vous devrez également cumuler trois mois de travail ou 88 jours au total.

Le meilleur conseil pour celles et ceux qui souhaiteraient obtenir un second WHV, serait d'effectuer leurs 3 mois « de ferme » dès leur arrivée en Australie pour être tranquilles par la suite et ne pas risquer d'être pris par le temps.

Remboursement de taxes moyen de 2600 $AU

OBTENEZ LE VÔTRE MAINTENANT

3. Le fruit picking : comment trouver ?

La meilleure façon de trouver un travail dans ce domaine sera de vous rendre directement sur les lieux. La véritable question étant où aller ? L'Australie étant un pays très vaste, vous pourrez trouver du travail dans les domaines comptants pour la demande de second WHV dans tous les Etats et tout au long de l'année. La première question que vous devez vous poser, consiste à vous demander si le fruit picking est juste une formalité à accomplir ou si au contraire c'est un mode de vie que vous souhaitez adopter pendant toute la durée de votre séjour en Australie ?


Dans le premier cas, vous vous contenterez de cumuler trois mois ou 88 jours de travail afin de pouvoir effectuer votre demande de second visa. Dans le second cas, vous envisagerez ce type de travail sur du plus long terme et chercherez probablement à en découvrir tous les aspects.

Dans les deux cas, procurez-vous ou téléchargez le National Harvest Guide http://jobsearch.gov.au/documents/harvest%20guide%20-%20august%202014.pdf qui est le guide officiel édité par le gouvernement et référençant toutes les fermes du pays. Vous pouvez également consulter la page officielle du gouvernement à ce sujet.

Les fermes sont classées par Etats et des tableaux présentés sous la forme de calendrier répertorient les différents types de cultures par ville et par mois tout au long de l'année. Un numéro de téléphone gratuit depuis un poste fixe figure également sur le guide si vous souhaitez des renseignements. Vous ne pourrez obtenir d'adresse ou de contact pour des fermes, mais vous pourrez obtenir des informations et des confirmations concernant le début et la fin des saisons des récoltes.

Du Nord vers le Sud et inversement, de l'Est vers l'Ouest et vice versa, selon la période de l'année et selon la durée pour laquelle vous prévoyez de travailler, les choix qui s'offriront à vous seront multiples.

Le classique

Suivez le soleil ! Certains choisissent de suivre les saisons et d'être en été toute l'année. En effet, beaucoup choisissent de suivre les saisons et commenceront par exemple à travailler dans le Queensland durant l'hiver et prendront la direction du Sud en été pour éventuellement descendre jusque dans le Victoria en passant par le New South Wales.

Contrairement à certaines idées reçues, mais sans pour autant atteindre les températures rencontrées en France, en Australie les hivers peuvent être rudes et les températures avoisiner le zéro et même descendre en dessous. Les régions du sud plus froides en hiver seront naturellement choisies en été alors que les régions du nord trop chaudes et humides en été seront privilégiées en hiver.

A contre courant

A moins qu'à l'instar de certains, vous ne préfériez aller à contre courant, ce qui n'est pas dénué de sens bien au contraire. En effet, il est parfois préférable de travailler 7 à 8 heures par jour « à la fraîche » plutôt qu'en plein cagnard ! Dans ce cas, vous pourriez travailler dans le sud durant l'hiver (les moins frileux pourront même décider de travailler en Tasmanie à cette période) et dans le nord (mais pas trop quand même) en été... à moins que vous ne décidiez de partir dans le Nord-Est australien généralement délaissé des pickers lui préférant les régions de l'Est ou à la rigueur du Sud-Ouest.

Les sites internet, les blogs, les forums sont autant de moyen de trouver de l'information à ce sujet, mais ne comptez pas trop trouver des adresses et numéros de téléphones de fermiers si facilement sur le net, et quand bien même cela ne vous garantirait pas de trouver du travail. Encore une fois la seule garantie sera de vous rendre sur place. Aussi, plus vous serez sociable et échangerez avec les gens et plus vous augmenterez vos chances de trouver du travail car c'est de cette façon que vous obtiendrez des bons plans.

Il arrive aussi que des fermiers se rendent directement dans certains backpackers des grandes villes pour venir y chercher des gens prêts à aller travailler sur leur exploitation. Les backpackers locaux « travaillent » parfois avec les fermes alentours et vous proposent du travail. Vous pourrez tenter d'appeler les auberges de jeunesses en avance et leur demander si les fermes voisines proposent du travail. En revanche, faites attention à bien demander de préciser les dates auxquelles débutes les saisons pour éviter de vous rendre sur les lieux trop tôt et de devoir payer des nuits en attendant de trouver du travail.

 

4. Le fruit picking : comment s'y rendre ?

Les régions éligibles au programme de renouvellement de visa sont toujours éloignées des grandes villes et vous devrez forcément vous poser la question du transport pour vous y rendre le moment venu.
Différentes possibilités s'offrent à vous. Si vous avez investi dans un véhicule, le plus souvent un van ou une station wagon, vous serez très mobile et aurez juste besoin d'une carte ou d'un GPS.

Pour les autres et en fonction de la distance, vous aurez le choix entre prendre l'avion, le train ou le bus. Même s'il n'y parait pas, la première option peut s'avérer être la seule que ce soit en terme de temps et de coût, car le voyage Sydney-Perth par exemple, vous reviendra moins cher en avion, sans parler du temps gagné.

La vraie question est donc train ou bus ? En terme de prix, la différence ne sera pas vraiment significative, ni en terme de temps d'ailleurs. En revanche, le bus offre une flexibilité que le train ne pourra vous proposer. Cela est d'abord du au fait que le réseau de bus est très bien développé en Australie, mais aussi et surtout parce que le nombre d'arrêts est infiniment plus important que ce que propose le train, ce qui vous permettra de vous rapprocher au maximum des fermes et lieux proposant du travail.

La société Greyhound dessert tout le pays et vous aurez même la possibilité d'acheter des billets vous proposant un nombre de voyages illimités pendant une certaine durée et sous certaines conditions. Il vous faudra généralement voyage toujours dans la même direction (par exemple du nord au sud ou inversement) pour pouvoir bénéficier de ce type d'offre.

L'avantage et non des moindre, réside dans la flexibilité qui vous sera offerte et qui est parfaitement adaptée aux gens qui cherchent du travail dans le fruit picking. Si la destination que vous avez choisi s'avère ne pas être un bon choix en terme d'offre de travail, vous n'avez alors qu'à réserver un siège dans le bus partant le lendemain et tenter votre chance ailleurs. Si à l'inverse vous trouver du travail au premier essai, vous pourrez toujours utiliser votre billet un mois voire deux mois plus tard.

5. Le fruit picking : comment se loger ?

Vous vous poserez également la question du logement une fois sur place. Votre mode de logement dépendra beaucoup de la « popularité » de l'endroit où vous aurez décidé de chercher du travail. Certaines régions agricoles « tournent » toute l'année et la vie s'est organisée autour de l'activité du fruit picking.

Pour ceux qui auront leur propre véhicule, des campings ou des caravan park seront pour vous la meilleure solution et pour les autres rassurez-vous, la plupart du temps des backpackers se trouveront à proximité des exploitations agricoles et des navettes (payantes) sont mises en place pour assurer les allers-retours entre le lieu de travail et l'auberge de jeunesse.

Dans les endroits plus isolés, les fermiers pourront vous proposer de vous héberger ou de profiter d'une dépendance et de garer votre véhicule sur leur terrain si vous en avez un.

 

6. Quand déposer la demande de second Working Holiday Visa ?

Vous pouvez déposer votre demande de second visa soit en étant encore sur le territoire, soit après l'avoir quitté. 

En étant en Australie

Si vous déposez votre demande en étant sur le sol australien, votre second visa WHV commencera automatiquement une fois que votre premier visa sera terminé. Par exemple, si vous avez obtenu votre second visa en étant en Australie et que celui-ci se termine le 15 Mai, alors votre second visa commencera dès le 16 Mai. 

Depuis l'étranger

Si vous déposez votre demande de second visa alors que vous vous trouvez en dehors du pays, votre second WHV commencera le jour ou vous retournerez en Australie.
Notez également que les conditions d'obtention du second visa WHV sont les mêmes que pour le premier. Vous devez avoir moins de 31 ans pour en faire la demande et vous avez un an pour vous rendre en Australie et l'activer.

Vous pouvez par exemple demander et obtenir votre visa WHV à la veille de vos 31 ans et vous rendre en Australie à la veille de vos 32 ans. En revanche si vous avez plus de 32 ans vous ne pourrez pas utiliser votre visa, même si vous avez effectué les 88 jours de ferme dans le cas d'un second WHV.

Pour information, une fois que votre visa est activé il expire automatiquement après une période de un an et il ne peut être suspendu pour une période de temps donné. Si vous voyagez à l'étranger ou rentrez en France pour les fêtes de fin d'année par exemple, le temps passé en dehors du pays ne sera pas décompté en vue d'être utilisé plus tard.

Pour effectuer votre demande de second visa, vous devrez compléter le formulaire officiel 1150 et l'envoyer avec votre formulaire officiel 1263 qui devra également être dûment complété et signé par vous-même ainsi que par toutes les personnes pour qui vous aurez travaillé. Le tout devra être envoyé à l'adresse suivante : Cairns Second Working Holiday Center, Department of Immigration and Citizenship, PO Box 1269, Cairns QUEENSLAND 4870, AUSTRALIA.

Le fruit picking fait partie intégrante de l'aventure australienne, alors laissez-vous « piquer » !

About The Author

Joaquim Oliveira Dias - Marketing Specialist @ Taxback.com

A motivated business development and marketing professional. Ability to understand customer & partner needs with view to developing working relationships that serve all stakeholders. A passionate individual who aims to deliver quality in all tasks.

Live Chat Help
Joaquim Oliveira Dias - Marketing Specialist @ Taxback.com in
×